DRAC de Haute Normandie

Maître d'ouvrage : Ministère de la Culture et de la Communication EMOC (75)
Equipe : Reber (économiste) Sicre (structure) Sogeti (fluides, VRD) Mignard (paysagiste)
Montant de travaux : 6,57 M€ HT
Surface : 1 560 m2 SU
Programme : Regroupement des services de la Drac de Haute Normandie et du service départemental de l'architecture et du patrimoine de Seine Maritime dans l'ancien couvent des Gravelines.

Le programme prévoit le regroupement des services de la DRAC sur le site du Couvent des Gravelines, situé sous le rempart, à l’arrière du lycée Corneille, à proximité de la Fontaine Sainte Marie, du musée d’archéologie et d’histoire naturelle et du théâtre des 2 rives. Un lieu secret, dans une situation urbaine forte, pétrie de siècles d’histoire rouennaise. La première visite du site est un choc : quatre siècles de fervente construction forment, malgré le désastre des bombardements, une concrétion labyrinthique que l’abandon charge d’une indicible poésie.
L’endroit est miraculeusement insulaire, figé dans le silence. Seuls les arbres du jardin continuent de produire leurs fruits. L’émotion est grande, la tâche aussi. Le programme, très bien écrit, nous guide dans la distribution des différents services administratifs par aile, et par siècle… On a eu le soin bienveillant de ne pas penser ces murs comme une seule coquille vide. Des extensions sont nécessaires ainsi que la périlleuse création d’un parc de stationnement d’environ 40 places que nous proposons de creuser plutôt que d’enfouir totalement, le long du mur d’enceinte ouest du jardin. La greffe des extensions est réalisée par le prolongement strictement homothétique des héberges disponibles. Leur écriture architecturale presque muette, les matériaux qu’elles partagent avec les murs du jardin, leur confèrent une présence totémique. Une façon de dévier la question complexe (au deux sens du terme), trop impérative et caricaturale du rapport du neuf à l’ancien.
Le programme fut malheureusement abandonné et le concours classé sans suite.

Rénové en 2013 par une société immobilière après avoir été vendu par l'état, il s'agit désormais d'une résidence privée d'une trentaine d'appartements.

Concours 2009
Dessins : Jacques Etienne et Martin Etienne

plan-de-masse-copie

 

pers-finale-finale-copie

 

 

chapelle_final_150

 

 

hall_final_150