CENTRE DE RESSOURCES ET DE RECHERCHES DU MUSÉE NATIONAL DE L’ÉDUCATION A ROUEN

Maitre d'ouvrage : Rectorat - Académie de Rouen
Équipe : Reber (économiste) Sicre (structure) Oceade (fluides, VRD)
Montant de travaux : 4,62 M€ HT
Surface : 5 328 m2 shon

Le programme prévoit le regroupement sur un même site, des collections, des bureaux des conservateurs et des salles de consultations du Musée National de l’Éducation, tous locaux jusqu’alors logés dans des conditions précaires sur deux sites de l’agglomération rouennaise.
Ce musée est d’abord et seulement connu des Rouennais par la visite d’un lieu d’exposition distinct, rue Eau de Robec.
Sa mission principale est la collecte, la conservation et la valorisation d’un important fond d’ouvrages imprimés ou enregistrés, de mobiliers et de matériels divers. Ce fond est mis à disposition des chercheurs et des universitaires qui, de loin, viennent consulter, toucher et feuilleter ce trésor amassé.
Le site dédié au programme est une longue parcelle arborée, close de murs, émergeant en surplomb de la rampe Beauvoisine et du boulevard de l’Yser. Offerte à la vue, elle dispose d’une situation imprenable au dessus de l’Observatoire et de la fontaine Sainte-Marie, à proximité immédiate du Musée d’Archéologie et d’Histoire Naturelle. Rien de neutre. Le haut de la parcelle est construit d’une maison bourgeoise, conservée en l’état dans l’axe d’un jardin dont les arbres sont protégés, et d’un bâtiment scolaire de 4 niveaux qui doit être restructuré pour accueillir le gros des collections.
Au sud et à proximité du boulevard, une extension devra compléter la surface restructurée pour loger, les espaces de consultation et le stockage des collections les plus lourdes (au mètre carré). Le projet devra offrir les conditions thermiques et hygrométriques adaptées à la conservation du fond. Le travail se présente d’abord comme un projet d’enveloppe. Les constructions neuves et anciennes sont réunies sous une même vêture isolante. Les choix de mise en œuvre des matériaux : bois, zinc prépatiné et pierre, s’accordent à la qualité muséographique du contenu.
Le programme est distribué pour loger conservateurs et chercheurs dans une proximité commode, au cœur des collections, et au niveau du jardin qui est visuellement prolongé jusqu’au boulevard.
Enfin, une loggia éponyme profite de la situation imprenable du site pour enrichir le paysage urbain et culturel rouennais de la présence discrète d’un lieu de savoir et de mémoire collective supplémentaire : un trésor offert.

Concours 2006
Dessins : Atelier

musée national de l'éducation